La remédiation cognitive

 

A l’école ou au travail, dans notre vie de tous les jours, pour mener à bien chacune de nos activités, nous mettons en œuvre nos ressources cognitives parmi lesquelles figurent en bonne place l’attention et la mémoire. L’efficacité avec laquelle nous mobilisons ces ressources tient pour partie dans la qualité d’un ensemble de fonctions que l’on appelle fonctions exécutives et qui jouent le rôle d’un véritable chef d’orchestre dans notre cerveau.

Pour les enfants et les adolescents, la fragilité ou la mauvaise utilisation des ressources cognitives sont susceptibles d’être à l’origine de difficultés scolaires. Pour les adultes, elles peuvent conduire à des difficultés d’adaptation dans leur milieu professionnel et même dans leur vie quotidienne.

Je propose des prises en charge basées sur la remédiation cognitive qui, en permettant à la personne, enfant ou adulte, de mieux connaître ses points de fragilité, de les entraîner et d’enrichir son répertoire de stratégies, permettent d’augmenter l’efficience cognitive globale.

La remédiation cognitive vise à améliorer les processus attentionnels (l’attention, la concentration), mnésiques (la mémoire) et exécutifs (la conduite efficace d’une tâche jusqu’à son but).

Le travail proposé fait suite à une évaluation et cible plus particulièrement les points de fragilité qui ont pu y être détectés.
Il s’effectue en individuel ou par petits groupes (4 participants maximum) et s’appuie sur différentes approches et techniques ciblant la métacognition et visant à :

  • Découvrir ses ressources cognitives par des activités ludiques.
  • Prendre conscience de la manière dont on les utilise dans nos différentes situations de vie.
  • Développer des stratégies pour les utiliser de manière plus efficace et compenser les fragilités.
  • Entraîner éventuellement les mécanismes à renforcer à l’aide de logiciels spécialisés.
  • Réinvestir ces acquis dans ses propres activités.

Pour les enfants, les adolescents et les jeunes adultes en cours d’études, la priorité est donnée au réinvestissement des acquis dans les apprentissages scolaires.